+41 79 507 89 24 info@kave1921.ch

LE TRAVAIL DE LA TERRE

Pour redonner vie au sous-sol et au sol de mes parcelles de vignes, je me suis inspiré du modèle que l’on retrouve en fôret. Avec du “BRF” bois de petits rameaux fragmentés que j’ai ramené dans les parcelles, j’ai retrouvé un sol riche avec des micro-organismes qui participent à l’amélioration du goût du terroir. L’avantage de ces copeaux de bois est qu’ils gardent l’humidité du sol et qu’en cas de fortes pluies, ils absorbent l’eau en évitant le ravinement du sol. Dans ce même état d’esprit, je n’emploie aucun produit désherbant. Les graminées et les fleurs poussent de manière naturelle et sont raccourcies par fauchage durant la saison.

Les traitements nécessaires au développement de la vigne sont réduit au minimum et suivent le plan de traitement “BIO” en employant du souffre et du cuivre en très faible quantité. Je réalise en fonction des besoins des tisanes et du purin d’orties entre autres pour participer au bon développement foliaire de la vigne.

LE TRAVAIL DE LA VIGNE

Pour la taille, le pliage des baguettes, l’ébourgeonnage, le palissage, l’effeuillage, l’équilibre de charge des ceps, le dégrappage et le cisaillage puis la vendange, toutes ces opérations sont réalisées à la main. Les parcelles en pente et en  terrasses escarpées ne permettent pas de mécaniser ces opérations et c’est tant mieux ainsi car chaque seconde passée dans les vignes permet d’observer et d’apprendre le cycle de la nature.

Le prix d’une viticulture de qualité

D’énormes disparités règnent entre les frais de production d’un vignoble de plaine et ceux d’un vignoble de coteau. En effet, les coûts à l’hectare peuvent varier du simple au triple selon la topographie du vignoble.

L’exploitation des vignes valaisannes en terrasses excluant une mécanisation intensive, les frais de culture sont largement conditionnés par la main-d’œuvre vigneronne. L’aménagement des terrasses, la construction et l’entretien des murs et des escaliers qui les relient, ne représentent que la partie spectaculaire du travail.

La lutte contre l’érosion permanente des sols, les défoncements et épierrements, les soins culturaux, la protection du vignoble contre toutes les formes de déprédation constituent autant d’autres éléments qui pèsent inéluctablement sur le prix de revient du vin.


LE TRAVAIL EN CAVE

Tous mes vins sont vinifiés en cuve inox où en barriques de chêne.

En respectant le sol, cela me permet d’être moins interventionniste pendant les vinifications. Il s’agit simplement d’accompagner la nature en douceur, pour que toutes les qualités du raisin et du terroir se retrouvent dans le vin.

Chaque cuvée est délicatement pressée grâce à des pressoirs pneumatiques permettant un pressurage lent et en douceur.

Les fermentations alcooliques se déclenchent avec des levures sélectionnées et les levures indigènes présentes naturellement sur la pellicule du raisin.

C’est dans ce respect des processus naturels que le vin élabore toute sa complexité aromatique et son caractère dans un style très franc et pur.

La durée de la fermentation alcoolique dépend de ce que les raisins ont à nous offrir.

En fin de fermentation, le vin est soutiré, puis il repose quelques mois sur lies fines. La filtration a lieu juste avant la mise en bouteilles qui s’effectue par gravitation. Le souffre est utilisé à dose infiniment faible pour une bonne conservation en bouteilles.

Je me réjouis de partager avec vous ces émotions lors d’une bonne dégustation!